Les grains de beauté : les plus belles histoires de L'Occitane !

À l’issue du concours célébrant les 40 ans de L’Occitane en Provence, découvrez la nouvelle sensorielle de PÉGÉ, arrivé deuxième de notre classement.
Par L'Occitane en Provence

LES GRAINS DE BEAUTÉ

— Oh, et puis mince, je le mets ce petit dos-nu. Après tout, il m'a toujours porté chance. Allez, zou, enfilé c'est osé, assez traîné… En route, croisons les doigts !

— Ces grains de beauté, quel croquis ça va faire ! Je crois qu'il va falloir qu'elle ralentisse sinon je n'arriverai jamais à me souvenir de tout. Là, voilà, elle s'est arrêtée au kiosque et cherche un magazine, ça devrait me laisser le temps. Quelle chance qu'elle n'ait pas couvert ses épaules ni… oui : presque la moitié de son dos ! L'a-t-elle fait exprès ? S'est-elle imaginée qu'elle serait pour moi muse cocasse et fugace, Vénus tout en volte-face et en rosaces ? Oh, mais ne perds pas de temps avec ces pensées mièvres, gros idiot ! Voilà, un crayonné, rapide, qui pose la structure, je m'occuperai du mouvement plus tard. Et des lumières. Oh, les lumières ! Ce soleil qui rayonne sur son dos, il forme par endroit de véritables petits miroirs aveuglants, comme une façade de pierre sèche ou de chaux en plein soleil, comme une ruelle pavée, l'été. Sa peau, c'est de la soie : une fine pellicule douillette, chaude, irisée, presque. Un abricot… Un champ d'oliviers et une pinède... Une peau de paille, mille nuances… J'orangerai bien mon jaune, celui que je réserve d'habitude pour les longues chevelures blondes et le soleil du Sud. Oh, mais comment je vais pouvoir rendre ça, moi ? Allez, concentre-toi, la voilà qu'elle paye déjà. Imprime, imprime, imprime. Juste sous les épaules là, j'en compte près d'une dizaine, ça dessine une sorte de ligne de fuite vers la droite, et en dessous, le petit grain, tout seul, un pigment parfaitement brun, et là, voilà, ça fait comme une spirale, avec cette forme là qui fait comme un petit coquillage… Et mince, voilà qu’elle est partie. Bon. Vite, continue, n'oublie rien.

— Tiens, celle qui court là : entre le deltoïde et le trapèze, quel magnifique ensemble de nævus mélanocytaires ! Bruns, ni trop clairs, ni trop foncés, sur sa belle peau ambrée, veloutée. Les boutons d'une fleur d'amandier ! Ça fait longtemps que j'en avais pas vu d'aussi parfaits, au cabinet. Zut, déjà partie. Peau de chagrin…

— Si je pensais revoir ça dans le bus, tiens ! Peut-être que je travaille trop. Allez, c'est le week-end, décroche un peu. Enfin, remarque, c'est pas tous les jours qu'on voit ça, si ? Sous sa nuque, là, on dirait… oui, cela pourrait être Orion : un sablier d'étoiles qui se dresse en plein jour. Oui, là, je peux distinguer Rigel, Saïph en face, et en haut Bellatrix et puis, évidemment, la plus belle, Bételgeuse ! C'est incroyable : l'une des étoiles les plus brillantes de notre ciel, 630 fois plus grande que notre soleil et elle se retrouve là, juste sous l'épaule gauche de cette jeune fille. Parfaitement ronde, et cela fait comme un halo autour. Ah, non, poussez-vous monsieur, j'ai un ciel à observer, c'est mon métier quand même ! Merci. Bon, là, en-dessous, on pourrait dire que c'est M42, la nébuleuse d'Orion : cet ensemble de grains, de poussières et de nuages, c'est vraiment remarquable, ces reliefs, qui viennent parfaitement maquiller sa peau lisse, laiteuse, éblouissante. Un vrai beau ciel bleu dégagé, immense, infini : une voie lactée sous le soleil, toute entière sous mes yeux. Il ne manque que les grillons ! Il faudrait voir ça au télescope… Enfin, au microscope ! Mince, la voilà qui descend.

— Comment bien leur expliquer ? Je pourrais dire : « Les enfants, aujourd'hui, on va étudier le Boléro de Ravel. Alors, le Boléro, à la base c'était une œuvre expérimentale mais c'est devenu le plus grand succès de… » Non. Il faut que je parle musique, tout de suite. « Le Boléro, c'est le même rythme, répété près de 170 fois ! Il y a très peu de variations d'une mesure à l'autre, mais les thèmes, d'abord très simples, comme une petite musique innocente, s'insinuent petit à petit en nous à mesure que… » Mieux, mais trop complexe… Ah, mais bien sûr ! Je leur montre d'abord la partoche, ils comprendront tout de suite ! Merci mademoiselle, sans ces jolies petites notes accrochées à vos omoplates juste sous vos immenses boucles châtain, comme des petites cerises à un arbre, je n'y aurai jamais pensé ! Mais ma foi, elle bourgeonne de partout... C'est un vrai champ de lavande, ce dos ! Et cette chaleur qui s'en dégage... On dirait plutôt la Suite provençale de Milhaud. Ta, tatata, tatatatatatata tatata !

— Maman me l'a enfin achetée, c'est pas trop tôt ! Je vais m'asseoir sur ce petit banc pour la déguster. C'est que je les ai méritées ces deux boules, quand même. Par contre, je sais pas vraiment si j'aime euh… comment elle a dit ? Stratcha-je-sais-pas-quoi. Stratchanutella, je crois. Oh, la madame a un joli dos. On dirait ma glace, haha ! Là, ça fait comme les pépites de chocolat, enfin les petits bouts là, tout en long. Y’en partout, comme dans mon cornet ! Elle s'assied là, juste à côté de moi, elle téléphone. Comme elle sent bon, la madame ! J'ai envie de le lui dire tellement elle sent bon. Mais je sais pas si c'est poli, je demanderai à maman. C'est une gigantesque boule de glace, la madame ! Et puis, c'est drôle, d'habitude ça sent toujours chimique, mais non là, wahou, j'ai l'impression d'être en vacances rien qu'en la sentant. C'est chouette. Ça vient de sa peau. Peut-être qu'elle a un parfum stratchanutella aussi. Ou arôme vanille, peut-être ? Enfin, quelque chose de très naturel, pas comme un yaourt. Ah mais non ! Elle sent comme le savon de mamie, celui qui sent trop bon, là ! J'aime bien être à côté d'elle, c'est comme une jolie promenade. Oh, non, elle a raccroché et puis elle court, elle a l'air en retard. 

— Ah, bonjour, tu dois être Manon ? Non, non, ne t'inquiète pas, je ne t'ai pas trop attendue. Oui, je crois que je t'ai reconnue… à ton dos, en fait ! Il est magnifique, je ne sais pas si les gens remarquent ça chez toi en premier d'habitude !

Les grains de beauté, par PÉGÉ
© Getty Images - irinamunteanu

Pour célébrer par les mots l’anniversaire de la marque aux senteurs provençales, retrouvez également les deux nouvelles imaginées spécialement pour l’occasion par nos auteurs.
Pour lire « Peau Neuve », cliquez ici  !
Pour lire « Introspections », cliquez ici  !

Sans oublier les créations des deux autres lauréats qui ont pris la plume pour nous confier leurs meilleurs souvenirs liés à la peau.
Pour lire « Lire la peau », cliquez ici !
Pour lire « Caresses », cliquez ici !

Articles les plus récents

Retour aux sources : le parfait apéritif provençal

Retour aux sources : le parfait apéritif provençal

Pour prolonger l’été, quoi de mieux que de s’offrir un moment convivial et privilégié autour d’un apéritif aux saveurs provençales ? Pour ravir vos proches, L’Occitane vous dévoile quelques-unes des recettes authentiques typiques de la région, à déguster du bout des doigts.
5 astuces pour prolonger son bronzage

5 astuces pour prolonger son bronzage

Au retour des vacances, vous rêvez de conserver tous les bienfaits de l’été, dont ce magnifique teint doré apparu en lézardant au soleil. L’Occitane vous révèle la bonne routine beauté à adopter pour rayonner à la rentrée.
Les plus beaux rooftops de Provence

Les plus beaux rooftops de Provence

Parfaits pour prolonger l’été, les rooftops offrent de belles terrasses en plein air, où se prélasser à toute heure de la journée. L’Occitane vous dévoile les meilleurs spots de Provence pour prendre de la hauteur à la rentrée.