5 questions à Mandy Graillon, 22ème Reine d'Arles

Passionnée depuis son plus jeune âge par les traditions provençales et élue Reine d'Arles le 1er mai dernier pour les trois prochaines années, Mandy Graillon réalise aujourd'hui un rêve d'enfant. Âgée de 23 ans et « spécialisée dans la finance d'entreprise, comptabilité et contrôle de gestion », elle nous fait le privilège de répondre à nos questions.
Par Justine Fiordelli

Vous avez été élue Reine d'Arles le 1er mai 2014 : qu'avez-vous ressenti lors de votre victoire ?

L'émotion était immense et le moment inoubliable ! Toute candidate rêve de cet instant où le maire déclare « pople d’Arles veici ta reino » (« peuple d’Arles voici ta reine »). C’est le moment mythique du règne, le rêve de toutes les jeunes Arlésiennes traditionnellement surnommées les « Mireieto ». Quand je suis sortie du balcon, la foule m’a emportée et j’ai vu mes amis, ma famille et tous ces gens qui nous applaudissaient : j’en ai encore des frissons. Quand le jury m'a annoncé ma victoire, je n'en revenais pas. J'ai pris le temps de m'asseoir quelques secondes pour réaliser que mon rêve de petite fille, celui pour lequel j’ai travaillé des mois et des années durant, celui que porte aussi toute ma famille et tous mes amis, était devenu réalité. C’est en fait une joie personnelle mais aussi et surtout une fierté de pouvoir représenter une culture qui vous a porté toute votre vie. Dès la première seconde, l’envie d’être à la hauteur est là.

Vous êtes âgée de 23 ans : que représente à vos yeux le statut de Reine d'Arles ?

Ma marraine ayant été demoiselle d'honneur de la Reine d'Arles à une époque, ce titre me fait rêver depuis toute petite et représente à mes yeux l'opportunité de poursuivre mon engagement pour la promotion de nos traditions. La Reine d’Arles, c’est la vitrine du pays d’Arles ! Elle a les clés en main pour faire briller au-delà de nos frontières notre culture et notre patrimoine. Ce statut me permet aujourd'hui d'avoir la parole et de faire passer les messages qui nous sont chers.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consistent vos missions ?

Mes demoiselles d'honneur et moi-même avons différentes missions à commencer par un rôle d'ambassadrices. Nous nous devons de représenter les traditions arlésiennes dans la région comme ailleurs et sommes donc présentes à toutes les manifestations et festivités traditionnelles de la région, que ce soit à Arles, en Camargue, en Crau, ou dans les Alpilles. Il nous arrive également de participer à des événements d'envergure nationale tels que le Festival de Cannes et le Salon de l'Agriculture. Au-delà de notre rôle de représentation, notre deuxième mission consiste à assurer la promotion des coutumes du Pays d'Arles. Le but ? Donner envie aux gens de s'intéresser à nos traditions de tout ordre : notre langue, notre costume, nos paysages, nos traditions de Noël...

Quel bilan dressez-vous trois mois après avoir été élue Reine d'Arles ?

Je me dis tout simplement que le temps passe très très vite et qu'il faut donc profiter au maximum de chaque événement et de chaque rencontre. Cet été fut à la fois merveilleux et bien rempli avec environ un événement tous les trois jours. Après des heures de préparation et un réveil très matinal, la récompense est toujours là : les gens sont heureux de nous accueillir et les enfants ont des étoiles plein les yeux en nous regardant […] La fatigue laisse ainsi place au bonheur d'être là. Les gens nous donnent beaucoup et nous avons, jusqu'ici, eu la chance de faire différentes rencontres tout aussi intéressantes les unes que les autres dont notamment avec Christian Lacroix, Lucien Clergue, Maja Hoffman, Édouard Baer, ou encore le Consul de Monaco. Rencontrer autant de personnalités en un été n'est pas donné à tout le monde !

Quelles sont vos passions à vos heures perdues ?

Ma passion pour le costume d’Arles est certainement la plus prenante ! J'aime courir les vides-greniers et brocantes à la recherche de pièces anciennes (dentelles, costumes anciens…), rechercher les magasins de tissus les plus orignaux et les plus précieux, puis coudre mes propres costumes… Tout cela prend beaucoup de temps. À côté de cela, je fais également du modern jazz et joue du galoubet tambourin, instrument provençal traditionnel. De manière générale, j'aime aussi la lecture et le cinéma sans oublier le ski que j'aime pratiquer avec mon papa durant l'hiver.

Mandy Graillon, 22ème Reine d'Arles
Mandy Graillon, 22ème Reine d'Arles
Elue Reine d'Arles le 1er mai dernier pour les trois prochaines années, Mandy Graillon réalise aujourd'hui un rêve d'enfant
© L'Occitane en Provence

Articles les plus récents

Retour aux sources : le parfait apéritif provençal

Retour aux sources : le parfait apéritif provençal

Pour prolonger l’été, quoi de mieux que de s’offrir un moment convivial et privilégié autour d’un apéritif aux saveurs provençales ? Pour ravir vos proches, L’Occitane vous dévoile quelques-unes des recettes authentiques typiques de la région, à déguster du bout des doigts.
5 astuces pour prolonger son bronzage

5 astuces pour prolonger son bronzage

Au retour des vacances, vous rêvez de conserver tous les bienfaits de l’été, dont ce magnifique teint doré apparu en lézardant au soleil. L’Occitane vous révèle la bonne routine beauté à adopter pour rayonner à la rentrée.
Les plus beaux rooftops de Provence

Les plus beaux rooftops de Provence

Parfaits pour prolonger l’été, les rooftops offrent de belles terrasses en plein air, où se prélasser à toute heure de la journée. L’Occitane vous dévoile les meilleurs spots de Provence pour prendre de la hauteur à la rentrée.